Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 21:06

 

ROYAUMINE

ou

l'herbe je-veux 

Extrait

Numéro 11 

L’insomnie…

Toi aussi, chère lectrice, cher lecteur, tu t'y connais pas vrai?

Notre héroïne de l’autre monde (du monde réel donc), en connaît tout un pan… c’est qu’elle vit tant de choses depuis qu’elle a quitté son mari sur un coup de mots (voir extrait numéro 2).

 

Mon cher lecteur, ma chère lectrice, entre dans le silence de la nuit, et de son langage. Ecoute ce qu’elle a à te raconter…

 

Dans ce silence, je profite pour remercier tous les messages de gentillesse que vous m’envoyez au fil des semaines…

 

L’auteure

 

&  &  &  &  &  &  &

 

(…)

Quelque chose se produit lorsque je me couche. Une chose inexplicable tapie entre le drap et la peau : je sais si la nuit me conduira vers la réparation cellulaire, ou pas.

La petite veilleuse allumée, le duvet tiré jusqu’au menton, les yeux ouverts scrutent à la ronde. La tête scénarise le fil de la journée, geste après geste, échange après échange. En boucle. Jusqu’à ce que les plus infimes détails trouvent leur rôle dans le décor.

Puis j’interprète. J’accentue avec emphase les conversations. Les intentions simples et les regards banals deviennent de grosses boursouflures.

Je regarde les reflets du lampadaire extérieur danser au plafond. Je me tourne sur le côté. J’écoute ma respiration.

La fatigue extrême s’appesantit sur l’hypertrophie des pensées comme une cavalcade paranoïaque. Sur le point de basculer, l’encoche de rupture entre l’éveil et le sommeil frappe un coup violent sur la soupape des angoisses, et il m’est dès lors impossible de m’endormir, aussi éreintée que je sois. La sensation de perdre toute maîtrise lorsque j’entre dans la minuscule fêlure érigée entre l’éveil et le coma artificiel cimente la résistance. Là, je sais que la nuit maintiendra les soubresauts de mon corps.

J’ai chaud. Très chaud. Je me lève, je bois. Je me recouche. « Cette fois, je suis fatiguée, cette fois je m’endors. » Seule avec l’obscurité. La réalité m’apparaît absurde dans le silence de plomb qui cousine avec les tuiles sur le toit. Prostrée dans mon microcosme, je n’arrive plus à voir au-delà du lit.

Dieu est abstrait, fugace, irréel. Ce qui est palpable, c’est ma respiration, ce tableau, cette commode, ce duvet, cette armoire, ces rideaux qui martyrisent les ombres sur le mur.

La matière du jour diffère de celle de la nuit. Une division par mitose. Le corps nocturne paraît plus exacerbé, plus aigu, plus fragile, plus exposé, plus dense. Déposé dans un espace où les pensées finissent par s’épuiser, s’apaiser, sans pour autant se réconcilier avec le sommeil. Les antagonismes s’assoupissent. La substance lévite, n’exige plus rien, ni nourriture, ni eau, ni mouvement. Du repos.

La réalité se déplace dans l’irréel comme le souffleur de verre qui chauffe la boule au bout de sa canne, la souffle pour créer le vide intérieur, l’étire, l’aplatit, la perce et lui offre un territoire vierge. Une œuvre d’art dans une bulle d’évanescence, juste pour qu’on en saisisse son essence, son âme.

L’insomnie m’ordonne de rester suspendue au réel. Le sommeil m’attrape par le bras et me pousse vers ses furtifs limbes psychédéliques.

Au réveil, par un seul geste et un clignement des yeux, j’efface toutes les sensations nocturnes comme le coup de poussière efficace d’un chiffon antistatique. La vie réelle renoue avec l’odeur du café. La nuit et ses fantômes regagnent leur fonction au fond des draps transpirés et chiffonnés. Soulagement.

 (…)

 

 


Royaumine® ou l’herbe je-veux est une œuvre intégrale protégée par le droit d’auteur. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l'auteure ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal. Royaumine® est une marque protégée.  

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Qui Suis-Je?

  • : ROYAUMINE®
  • : Rien ne brise davantage le monde que les rumeurs. Rien ne bouscule votre cerveau plus que la manipulation. Royaumine en sait quelque chose! Découvrez-le!
  • Contact